Vous êtes loggé. Clic ici pour Logout
Vos actions : Créer un document, voir la page générale.

Cultures numériques

Cours de Bachelor 1

C’est quand mème n’importe quoi !

Création de mème via un workshop à L’ERG, s’intitulant "mème pas mal" présenté par Alexia de Visscher et Stéphane Noël

Plusieurs Workshop ont été attribués aux élèves. Celui qui m’a été destiné s’intitule "mème pas mal", un workshop qui retrace l’histoire des mèmes à travers le temps, création de mèmes en 3 sessions et son évolution. Et le meilleur pour la fin : la diffusion des mèmes dans des lieux publics ou ergien.

J’avoue m’être posé plusieurs questions quand j’ai su que je serai dans ce workshop. Mème ? Ha oui , terme que je n’avais plus entendu depuis quelques années.
À vrai dire, je ne savais pas exactement ce que cela signifiait. Pour moi ce fut vraiment intriguant et j’étais curieuse de savoir la suite ! Les questions m’assommaient ! Qui fabrique les mèmes ? Pour qui ? Pourquoi ? Dans quel contexte ? Dans quel but ? Ça se fabrique ? Comment ça apparait sur les réseaux sociaux ? Pourquoi certains font le buzz et les autres un gros floooop ?
Est-ce des humains ou des machines basées sur ce qu’on aime,ou sur ce qui nous fait rire qui les crée ? Y a t-il un sens caché ? Peut-être c’est un code..
Où sont cachés tous les mèmes ? Quelqu’un paye pour ça ?
Ça n’apparait pas par magie sur internet ?

HEUREUSEMENT Stéphane nous a retracé l’historique des mèmes,ils font leurs apparition en 1976 dans un ouvrage d’anthropologie (quelle drôle d’idée !). Un mème est une réappropriation et modification d’élément culturel connu tel que Che Guevara, qui, à la base était une photographie, puis reprise quelques années plus tard en peinture sur base de la photo.

Peinture de Che Guevara reprise d’une photo :

« Le mème est un effet culturel qui colonise les esprits (c’est un phénomène de mode, ou un certain comportement culturel, ça peut être plus privé comme une "private joke" au sein d’un groupe, un changement culturel etc etc... ) . » Je ne savais pas que son rôle s’étendait beaucoup plus que juste l’humour.

C’est incroyable de se dire que grâce à notre ami internet, des millions de personnes peuvent créer un mème, le partager très rapidement, le "liker", le modifier, le repartager, le remodifier, rajouter des éléments, enlever des éléments, changer sa version une quinzaine de fois en une journée, et ça peut parler de tout et n’importe quoi, son destin de buzz est inconnu par tous.
En tout cas moi, j’en suis stupéfaite ! Je trouve cela fascinant parce qu’au fond, il ne s’agit "que" d’images stupides, ridicules, qui trouvent leur place sur internet. (J’ai rarement vu des mèmes dotés d’un haut niveau intellectuel).
Personnellement les GIF avec les chèvres qui tirent la langue me font poiler de rire.

Je suis assez contente d’avoir pu participé pleinement à ce workshop, ce fut très instructif. Pendant et après le workshop, le mème inondait mon monde ! Je pensais mème, je réfléchissais "mème", je les cherchais partout dans la rue, je consommais le "mème", j’en rêvais, je produisais. J’ai trouvé ce workshop chouette car c’était accessible à tout le monde et facilement réalisable, bien expliqué aussi . J’ai trouvé le workshop très ludique. À recommencer avec plaisir !

La 1ère session donc, nous avons retracé l’histoire culturelle de celui-ci puis son histoire à travers la toile ! En suite, il nous a été demandé de créer des mèmes !
En produire au minimum trois.
Ouille ouille... il y a une heure même pas je ne savais pas d’où ça venait et voilà qui fallait créer quelque chose de drôle...
Heureusement, vu l’ambiance du workshop, nous sommes là pour apprendre et pour s’amuser.
Plusieurs types de mèmes existes ;

il y a le canonique, tout le monde le connait, c’est une image plus un texte
il n’y a pas spécialement de rapport entre les deux.
Voici ceux que j’ai créées :

celui-ci je l’ai réalisé car je trouvais ça marrant de voir un jeune, apparemment dans une soirée et il est sensé s’amuser au lieu de ça, il pense qu’il a oublié de sortir son chien. Et que son chien est seul chez lui.

Celui-ci je l’ai créée car il m’est arrivé d’être "high" devant ma mère et de devoir faire semblant que tout est tout à fait normal.

Celui-ci me faisait pensé à mes cours de math.

Il y a le mème "ergien",c’est à dire quelque chose qui se passe au sein de l’école.
Pour ma part, j’ai pensé directement à notre merveilleuse Brigitte, qui sans elle ON SERAIT TOUS FOUTUS, oui je le clame HAUT ET FORT !
Je voulais lui rendre cet hommage aussi car elle a été la première personne à l’ERG que j’ai rencontré (avec les papiers d’inscriptions toussa toussa) et il faut quand même souligner que c’est une adorable personne. Cela m’a fait pensé qu’on lui envoie tous des mails, elle est super organisée et gentille... Bref indispensable ! Alors j’ai combiné Brigitte et le mème.

et d’autres :

Il y a le mème d’actualité. En cette période riche en défilement de personnes qui font des promesses et viennent te déranger avec leur lettre comme quoi ils sont les meilleurs, oui bravo, vous avez deviné ! les É L E C T I O N S , j’ai repensé à une photo que j’avais faite dans la rue et qui m’avait bien fait rire. Oui par moment j’ai un humour très puéril et je l’assume complètement parce que je pense qu’en chacun de nous sommeil un grand enfant ! Du coup, le nom de famille d’une candidate m’a bien fait rire et je me suis réapproprier sa photo pour en faire un mème. (Madame Cucu, si tu lis l’article un jour, ne m’en veux pas s’il te plait <3 )

- Il y a le mème parodique aussi.

- Et il y a le mème truisme (ce sont des petits proverbes à la con) , c’est à dire que c’est une vérité tellement évidente qu’il ne faut même pas l’explicité (Demain c’est pas aujourd’hui, par exemple). Et aaaaaaaaaaah ! J’ADOOOORE ÇA ! Je pense être dans la catégorie "fille qui n’aime pas les proverbes sur l’amour gnagnagna". Je déteste les citations à la con très connue et très banale telle que "l’amour donne des ailes" Moi, j’aime quand c’est détourné et marginal. Et pour tout dire j’ai un petit bouquin dont je raffole, qui reprend des proverbes classiques et qui les détournent dont le titre est "proverbes à la con".

J’ai créer deux mèmes truismes : "Les mecs c’est comme les pâtes, si ça chauffe trop, ça colle "

et un autre que j’ai écrit dans les toilettes de l’ERG "L’alcool fait vivre des moments inoubliables dont on ne se souvient plus" , la phrase est tirée du livre de "proverbes à la con".

Pour le deuxième workshop, il nous a été demandé de reprendre un mème qui existait déjà et de changer l’image, le texte, le contexte,...
J’ai repris des mèmes ou des phrases des autres étudiants et j’ai réalisé ces mèmes :

Pour la troisième session, on devait diffuser les mèmes dans des lieux publics. Personnellement, j’en ai imprimé sur des autocollants et réécrit un dicton "à la con" .

Et j’en ai diffusé sur les réseaux sociaux :

Par Groupe mème pas mal, 19 novembre 2018