Vous êtes loggé. Clic ici pour Logout
Vos actions : Créer un document, voir la page générale.

Cultures numériques

Cours de Bachelor 1

Le je-m’en-foutiste heureux

Patrick Voets, Némo Tescou, Luca Rosania

Quel geek sommes nous ? De quelle communauté de geeks faisons-nous partie quand notre utilisation d’internet et des nouvelle technologies est solitaire ? On nous considère comme fainéants ? Nous sommes seuls mais convaincus de ne pas être des cas isolés ? Nous vivons reclus ? Nous vivons par internet ? Nous n’avons pas d’interaction IRL ? Nous buvons seuls ? Nous ne nous lavons que très peu ?

Choix du sujet

Nous ne voulions pas dépeindre un stéréotype de geek, comme un génie libéral, ou un symbole d’un anarchisme 2.0. Non plus comme celui d’une personne à l’hygiène douteuse, peu sociable, enfermée dans sa chambre. L’idée, sans pour autant tendre vers le prosélytisme, était que nous soyons tous les trois sincères sur notre “part de geek”. Avec quelles caractéristiques nous pouvions construire une figure de geek qui nous ressemble ? Notre définition de geek a des implications idéologiques : où nous situons-nous sur le spectre politique ? Il y a également un aspect profondément personnel : comment assumons-nous cette part de geek en nous, par rapport à nous-mêmes et surtout devant les autres ?
L’aspect que nous nous approprions le plus est, ironiquement, l’équilibre entre solitude tangible et un trop-plein d’informations. Nous n’avons jamais appartenu, et n’avons jamais voulu appartenir à aucune communauté geek, pourtant nous en possédons certains éléments. Nous avons passé énormément de temps à traîner sur youtube, pour combler une peur de sortir, de parler au gens. Nous n’avons rien ressorti de cette solitude, nous n’avons rien appris. Finalement nous nous sommes forgés une identité de spectateur, avons réduit à néant la qualité des images que nous regardons, à force de scroller toujours plus rapidement.

Recherches

A partir des points communs que nous avions tous trois dégagés dans l’utilisation des technologies de communication, et tenant en compte les enjeux politiques et personnels que nous avons évoqués dans la section précédente, nous avons dans un premier temps tenté de définir plus précisément une figure de geek qui nous correspond. Notre geek est une personne casanière, peu sociable et qui utilise la technologie dans le but de minimiser ses efforts.
Nous nous sommes ensuite concentrés sur la production d’un manifeste dont nous avons particulièrement réfléchi la forme : il nous semblait intéressant de partager notre manifeste sous forme de commandements sur facebook dans la mesure où il s’agissait du mode de distribution le plus économe en énergie humaine. Le mode des commandements nous semblait particulièrement judicieux dans la mesure où il s’agit d’un type de post extrêmement courant sur les réseaux sociaux et facile à mettre en oeuvre.

Manifeste
Dans la tête d’un je-m’en-foutiste
Par Bring your own geek, 19 novembre 2018