Vous êtes loggé. Clic ici pour Logout
Vos actions : Créer un document, voir la page générale.

Cultures numériques

Cours de Bachelor 1
Home /

Introduction 2020 : Cultures numériques ?

Les outils numériques, comme les autres outils techniques, ont des origines complexes et ont des impacts complexes sur l’évolution de nos sociétés. Il n’y a pas une culture numérique qui regrouperait tous les outils et pratiques, mais DES cultures numériques, qui nous affectent dans notre quotidien. Alors que nous semblons impuissants face au numérique, ce concept flou qui englobe tout et n’importe quoi, nous jouons un rôle dans les cultures numériques, des morceaux de ces usages, que nous privilégions par nos usages et transmissions. C’est tout de même plus réjouissant.
Quelques exemples rapides : l’échange de crédits d’appel en Afrique, qui s’est constitué comme monnaie alternative.

Quelques concepts de Evengy Morozov

En 2012, Evengy Morozov écrit "Pour tout résoudre, cliquez ici" dans lequel il définit 3 concepts utiles pour critiquer le discours techno-enthousiaste ambiant.

Trois concepts

Il commence par rappeler que "le net" - une espèce d’entité immuable et autonome - ça n’existe pas :
En réalité, tant que nous persisterons à penser qu’il y a bien un « net », ça n’ira pas mieux. Comment pouvons-nous rendre compte de la diversité des logiques et des pratiques encouragées par les outils numériques, sans recourir à des explications qui gravitent autour de termes comme le « net » ? C’est un vocable qui devrait figurer sur la dernière page des livres traitant des technologies numériques - et non au début - car il ne peut pas s’expliquer lui-même.

Le premier concept est l’"époqualisme" :
Le débat actuel sur internet reste marqué par une amnésie technologique et une totale indifférence envers l’histoire (notamment celle de l’oubli technologique). David Edgerton, un historien britannique des technologies, souligne que « lorsque nous pesons aux technologies de l’information, nous oublions le système postal, le télégraphe, la radio, la télévision. Quand nous célébrons la vente en ligne, nous oublions la vente par correspondance. Les débats sur le génie génétique et ses impacts (positifs comme négatifs) se déroulent comme s’il n’avait jamais existé d’autres moyens de modifier les plantes et les animaux, voire d’améliorer l’approvisionnement alimentaire ». (…)
Bien entendu, si notre culture historique se voit réduite à des Que sais-je ? de la longueur d’un tweet, il est naturel de se sentir unique et de jubiler en s’imaginant vivre une époque exceptionnelle. Ce raisonnement erroné je le nomme « époqualisme ». Ce n’est pas un domaine réservé aux optimistes d’internet ; il est également apprécié des pessimistes.

Le "solutionnisme", défini par Morozov, est un concept consistant à vouloir tout améliorer grâce aux technologies numériques et à l’"internet", en traitant des symptômes sans plus jamais chercher à en comprendre la complexité des causes.

Le "webcentrisme", quand à lui, décrit la fascination qu’exerce l’internet considéré comme un modèle dont les règles intrinsèques seraient applicables à la société tout entière.
« La Silicon Valley tenterait de tous nous enfermer dans un carcan numérique, en faisant la promotion de l’efficacité, de la transparence, de la certitude et de la perfection, et en éliminant par extension leurs pendants diaboliques : les tensions, l’opacité, l’ambiguïté et l’imperfection, explique Evgeny Morozov. L’imperfection, l’ambiguïté, l’opacité, le désordre et l’occasion de se tromper, de faillir, de commettre des erreurs sont autant d’éléments constitutifs de la liberté de l’homme, et toutes tentatives destinées à y mettre fin constituent une atteinte à cette liberté. »
« Si nous ne parvenons pas à trouver la force ni le courage d’échapper à la mentalité de la Silicon Valley – alimentant la plupart des quêtes actuelles d’une perfection technologique –, nous risquons de nous retrouver avec une politique dépourvue de tout ce qui la rend souhaitable, avec des humains ayant perdu leur capacité innée de raisonnement moral, avec des institutions culturelles moroses – si ce n’est moribondes – qui ne prennent aucun risque et ne se soucient que de leurs résultats financiers et, plus terrifiant encore, avec un environnement social parfaitement contrôlé qui rendrait toute contestation non seulement impossible, mais également inconcevable. »

La pensée du web-centrisme, critiquée par Evgeny Morozov, rejoint celle du déterminisme technologique. Elle consiste à penser et agir en fonction des technologies, en leur consacrant une place centrale. Tout doit tourner autour de la technologie, qui détermine nos sociétés, selon les web-centristes, qui considèrent Internet comme naturel, autonome, inchangeable. Ils n’imaginent pas qu’Internet puisse avoir une suite, et encore moins une fin. Pourtant, les plus grandes technologies ont toutes connues des changements, et surtout des successeurs.

Quelques anecdotes en 2020

Un vieux scandale : COINTELPRO
le 8 mars 1971, les bureaux du FBI situés dans la banlieue de Philadelphie, sont cambriolés. Parmi les documents dérobés, se trouve un fichier concernant un programme d’espionnage baptisé COINTELPRO. Créé en 1956, son but est d’espionner les personnalités ou les organisations dissidentes (parmi lesquelles on trouve Martin Luther King, le Ku Klux Klan ou encore le parti communiste américain) pour ensuite les discréditer auprès de l’opinion public en livrant les détails à la presse.

Les responsables qui ont communiqué sous le nom de "Citizens’ Commission to Investigate the FBI" n’ont jamais été retrouvés en dépit des 200 enquêteurs mis sur l’affaire. Quant au programme COINTELPRO, révélé au public par les médias américains, il a été abandonné en 1972 après avoir provoqué une polémique qui entraîna d’importants changements dans la structure du FBI, marquant ainsi la fin des années Hoover.

Un développeur informatique a sous-traité son job à une entreprise chinoise
pour une fraction de son salaire (à 6 chiffres), pendant plusieurs années. Comme cette astuce fonctionnait, Bob a pris plusieurs boulots… Les enquêteurs ont vérifié l’historique de navigation web de « Bob » et retracé sa journée de travail.

En fait, durant ses heures de bureau il se connectait à 9h sur le site de chat Reddit et y restait plusieurs heures. A 11h30, il déjeunait, puis à 13 h00, il était sur Ebay. A 14H00, il consultait Facebook puis LinkedIn jusqu’à 16H30, puis envoyait alors des mails à son management. A 17H00, il rentrait chez lui. Lors d’un audit de sécurité, on s’est aperçu que des accès quotidiens au serveur de travail se faisient depuis la Chine. On a ensuite retrouvé l’ensemble des factures de son sous-traitant, qu’il n’avait jamais supprimé de son poste de travail.

https://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-un-developpeur-salarie-sous-traitait-son-travail-en-chine-52107.html

Bird vire ses employés en 2 minutes par text-to-speech
Touchée par la crise sanitaire, la société de free-float de trotinettes a viré 406 employés par un message laconique sur Zoom.
https://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/visioconference-express-deconnexion-la-methode-choc-de-tele-licenciement-de-bird-20200403

Il est temps d’archiver les archives du net
5 des plus gros éditeurs américain poursuivent le site archive.org, au nom de la protection de leurs copyrights. Cette décision met en danger le site, dont le projet est le plus important du net, et a au moins amené certains détenteurs de données à parler d’archiver les archives Internet.

L’article sur Vice (anglais)
Archive.org
Wayback machine sur archive.org

Activisme politique grâce à la K-pop
Les fans de K-pop sont des millions à travers le monde, et sont jeunes (statistiquement nés après 1997). Hors de Corée, ils sont plutôt sensibles à des causes politiques et environnementales et mobilisables à travers les outils de communications de leurs stars. Du coup, quand celles-ci se sont montrées en faveur de différentes causes comme black lives matter, la capacité d’action a été gigantesque, permettant des partages de vidéo et de tweets. Une des conséquences politiques a été les sièges réservés et restés vides lors de son meeting de Tusla.

L’Europe réitère son attachement à la neutralité du net

mardi 15 septembre, le principe d’égalité de traitement et d’accès des contenus en ligne, dit de « neutralité du Net ». La cour considère dans sa décision qu’un fournisseur d’accès ne peut pas privilégier certaines applications ou certains services en leur accordant un accès illimité, quand les services concurrents sont soumis à des mesures de blocage ou de ralentissement.

A l’origine de cette décision, deux offres d’un fournisseur d’accès hongrois, Telenor, ayant pour particularité de ne pas décompter le trafic de données lors de l’accès à certains sites ou services, comme Facebook, Facebook Messenger, Instagram, Twitter, Viber ou WhatsApp, ou à des sites de streaming musical, comme Apple Music, Deezer, Spotify et Tidal.

Article sur le site du Monde

Par Stéphane Noël, 19 septembre 2020