Vos actions : Créer un document, voir la page générale.

Cultures numériques

Cours de Bachelor 1

Waves

Claire Gouarné - Guillemette Dür

Une tentative d’exploration du rapport son/image avec Processing

Le but de notre travail ici était de mettre en évidence différentes relations possibles entre le son et l’image avec Processing. Notre approche a été de créer une situation où l’image est génératrice de son et d’autres où le son produit de l’image pour les jouer simultanément. Le résultat que nous avons obtenu est formé de trois types "d’instruments" : le premier est plutôt un fond sonore continu et les deux autres formes sont contrôlables par l’utilisateur.

HTML - 60.1 ko
out-1 - vidme

- D’un côté, nous avons obtenu une sorte de "background sonore" : Une image simplement composée de pixels éparpillés et couvrant tout le spectre RVB. Chaque pixel, selon sa valeur RVB, déclenche un son différent crée avec le logiciel Hydrogen ou libre de droit sur internet.

Lien de la vidéo : clic sur l’image

Zip - 4.5 Mo

Code source du fond sonore

HTML - 59.8 ko
out-4 - vidme

D’autre part, nous avons tenté de construire une sorte de synthétiseur contrôlable au clic et produisant un oscillogramme différent pour chaque note selon sa fréquence. N’ayant pas réussi à le construire dans un seul et même code, nous avons opté pour un résultat en fenêtres multiples : chaque fenêtre produit une note et un visuel différent. L’idée est faire fonctionner ça comme des pads de djs, et on peut imaginer en avoir une multitude sur un grand moniteur.

Lien de la vidéo : clic sur l’image

Zip - 56.2 ko

Code source des "pads"

Enfin, nous avons créer une troisième forme "d’instruments", contrôlable par le déplacement de la souris : la fréquence varie par le déplacement vertical et l’intensité par le déplacement latéral. Le son est ici aussi producteur d’image.

HTML - 59.8 ko
out-8 - vidme
HTML - 59.8 ko
out7 - vidme

µ

Zip - 2.1 ko

Code source des oscillateurs

L’aboutissement du projet est d’avoir un ordinateur sur lequel se joue le fond sonore de manière continue, et les synthétiseurs sur un ou plusieurs autres ordinateurs pour créer un ensemble interactif.

Cette démarche nous a paru intéressante pour jouer sur l’arbitraire du fond sonore -qui se joue de manière indépendante selon une lecture automatique des pixels en diagonale (de chaque rang)- et le contrôle qu’on exerce sur le synthétiseur. On peut par là aboutir à un ensemble plus ou moins chaotique, évolutif, différent à chaque fois.

En prenant cette expérience comme une base et en la poussant plus loin, on pourrait créer un dispositif plus complexe et avec un potentiel énorme en termes de création musicale et d’effets visuels.

Par Groupe 2, 12 décembre 2016