Vos actions : Créer un document, voir la page générale.

Cultures numériques

Cours de Bachelor 1

Déroulé de la deuxième séance

Il s’agira lors de cette deuxième séance de préparer des équivalents de cartes perforées, le plus vieux système de stockage d’information binaire de l’histoire. Nous exécuterons ensuite le contenu de ces fiches avec des instructions d’exécution fabriquées par vous.

Les cartes perforées

Les cartes perforées voient le jour dès le début du 18e siècle. A l’origine, il s’agit de stocker le dessin d’un tissu et de le faire exécuter par une machine. C’est en 1728 que la première carte est utilisée, mais elle sera surtout utilisée dans le monde entier à partir de 1801 grâce au fameux métier Jacquard. Ce métier à tisser permet de reproduire des motifs précis, et surtout de vendre ces motifs sous forme de cartes perforées, permettant la copie et la diffusion des motifs de tissu.

Une carte perforée est donc une information stockée sous forme solide et binaire : on y trouve une séquence de trous et de pleins, soit des 1 et des 0, la base même de l’informatique. On trouvera aussi des bandes perforées, mais qui peuvent être plus difficile à corriger (si on écrit mal une info) que la carte perforée.

Les cartes perforées ont accompagné l’histoire de l’informatique jusqu’à ce que les support magnétiques (bandes magnétiques et disques durs) ne prennent le relai dans les années 70’ et parfois 80’.

Une carte perforée standard 10 X 80

Stocker en binaire

Nous allons dans cette deuxième séance aborder quelques aspects de ces cartes, en codant une série d’actions simples dans des cartes. On verra que l’information est séparée de son système d’interprétation, et que ceci permet quelques fantaisies créatrices.

Cet exercice se réalise par groupe de 3 à 5 personnes.
La première opération, simple, sera donc de créer une carte par membre de votre groupe.

Vous disposez pour ça du fichier PDF appellé "Carte" associé à cet article. Elle comporte 6 informations par rang, et 12 rangs. Chacun noircit un certain nombre de cases dans ces cartes. Ni trop, ni trop peu, la bonne dose est à trouver. Le remplissage peut se faire de manière aléatoire ou sur base d’un motif de type papier peint, ou encore sur base d’une image matricielle.

Nommez vos cartes : votre nom et un nom pour la carte sont nécessaires

Ecrire des instructions

Il faut maintenant créer un système d’interprétation de ces cartes. Pour cela, chaque groupe créera deux "fiches d’interprétation". Il s’agit d’associer une actions à chaque colonne des cartes.
Les fiches seront de deux types :
- une première fiche d’interprétation devra permettre la réalisation de dessins sur feuilles A3. Il s’agira donc d’associer des actions précises en ce sens. Pensez à noter aussi dans le bas de la fiches des infos complémentaires comme la situation de départ, l’endroit où se trouve le crayon, combien d’exécutants, quels feutres, etc.
- Une deuxième fiche d’interprétation vise un autre type d’action laissée à votre imagination : mouvement, parole, chant, écriture de texte, calcul, action plus complexe : tout ce qui peut être décrit de façon précise.

Nommez vos fiches d’instruction : votre nom et un nom pour la fiche sont nécessaires

Exécuter

Il nous reste maintenant à exécuter les cartes avec les fiches. Toutes les cartes du groupe seront exécutées avec la première fiche. Le nom de la carte et de la fiche sont écrit sur la feuille A3 qui résulte de chaque dessin. Elle sont au fur et à mesure placées sur le mur verticalement.

Attention : si plusieurs cases sont cochées sur le même rang, les actions sont exécutées de gauche à droite.

Il est possible de corriger sa carte, voire même de la réécrire, si il s’avère que le résultat est décevant.

Permuter

Chaque étudiant prend alors sa fiche et va la faire exécuter par la fiche d’un autre groupe, deux fois. A chaque fois, le nom de la carte et de la fiche sont écrit sur la feuille résultante, et le dessin placé au mur à côté du dessin initial de la carte.

Exécuter la deuxième fiche

Les cartes vont ensuite servir une deuxième fois, pour exécuter la fiche "libre". Le résultat dépendra évidemment des instructions de cette fiche. Photographiez, ou filmez au besoin le résultat.

Exécution en groupe

Cette deuxième fiche sera enfin, une fois chaque étudiant du groupe échauffé, exécuté par chaque groupe, devant les autres groupes. Là aussi, la production sera différente pour chacun.

S’il reste du temps

Il est possible d’exécuter toutes les cartes avec la même fiche d’actions libres, choisie par la classe entière.

Il est possible de faire quelques altérations au processus.
- Quel dessin est produit si la carte est retournée ?
- Que produit un dessin collectif de toutes les cartes exécutée par la même fiche ?

Par Stéphane Noël, 5 mars 2017