Vos actions : Créer un document, voir la page générale.

Cultures numériques

Cours de Bachelor 1

Ca tisse devant l’écran

Courcoux Bac 1 typo

Dans le cadre du cours sur les Cultures Numériques, trois workshops ont été organisés, chacun explorant un domaine particulier. Celui auquel j’ai été désigné porte le titre de "Textile & Numérique", encadré par Stéphanie Vilayphiou et Wendy Van Wynsberghe. Se déroulant sur deux cours, le workshop s’est tenu à l’Erg, les 28 novembre et 5 décembre 2016.

Premier cours, 28 novembre

La première séance a en partie servi d’introduction au thème exploré. Les deux professeures ont donc présenté un ensemble de documents, d’exemples et de références qui illustrent le lien entre le textile et le digital.
Elles ont ensuite expliqué le principe du projet que nous allions développer qui consistait en une réalisation en textile (broderie, tissage, voire tricot) à partir de systèmes de code informatique.

Pour nous sensibiliser à ces techniques, nous avons dû crée un émétier à tisser à échelle humaine, en tendant des cordes pour former une trame, en-dessous et au-dessus desquelles passait la corde de tissage (elle même tendue par une élève)

Suite à cela, nous avons dû créer des patterns grâce à des codes entrés dans l’invite de commande de nos ordinateurs : une fois lancé, ce programme peut exécuter un ensemble de tâches, à condition qu’elles soient "formulées" correctement, autrement dit, en langage de programmation. En tant que novice dans ce domaine je n’y connaissais rien mais les professeures avaient détaillé sur la page web du workshop comment s’y prendre. Ce en quoi il s’agissait concrètement est assez simple : il suffisait d’entrer dans l’invite de commandes le motif que l’on voulait générer, ainsi que le nombre de répétitions de ce motif...le tout évidemment formulé d’après le langage informatique spécifique.
La série de caractères était répétée et créait alors une grande trame où apparaissait le motif que l’on avait choisi.

Comme je m’arrange toujours pour qu’il m’arrive un problème, il fallait bien-sûr que je possède un PC, incapable de lire correctement les codes qu’avaient présentés les professeurs... Ils ne pouvaient être lus et exécutés correctement que par des machines Linux, ou Mac. Après avoir essayé avec acharnement de faire apparaître mes motifs de caractères sur ma table de commande, Stéphanie Vilayphiou m’a prêté son ordinateur (un Linux) pour que je puisse y arriver.

C’est après quelques essais, heureusement fructueux, que le cours s’est terminé, clôturant la première partie du workshop.

Second cours, 5 décembre

C’est ce jour-là que nous devions réaliser notre petit projet combinant le textile et le numérique. La consigne, simple, était de restituer, interpréter les motifs obtenus sur le terminal de commandes, par le biais du textile.

En groupe avec Jean et Lucien, nous avons trouvé, un peu par manque d’inspiration, notre motif de base : -XOXO-. Certains ont choisi de broder, d’autres de tricoter. Pour ma part, j’ai choisi de tisser, car cette technique me semblait présenter des caractéristiques intéressantes pour ce travail. La base de l’ouvrage se présentait comme suit : un petit carton format A5 sur lequel j’ai taillé des encoches sur deux côtés opposés.
Les traits foncés représentent les encoches.

C’est là qu’intervient le squelette de l’ouvrage. Un unique fil principal doit passer d’une encoche à celle d’en face, puis à celle d’à-côté. Le tout doit être bien tendu.
Sur le schéma, les pointillés représentent le fil lorsqu’il est sous le papier, c’est à dire, quand il passe d’une encoche à la suivante sur le même côté.

Ce set-up est la base de n’importe quel travail de tissage de ce type. C’est alors à partir de ce moment-là que ma créativité a dû entrer en action. Mon pattern de base étant -XOXO-, j’ai tout simplement décidé de tisser une série de fils, où chaque fil correspondrait à un caractère, en l’occurrence : les "-" en rouge, les "X" en jaune, les "O" en brun.
Pour mieux comprendre, voici une représentation simplifiée d’une seule répétition du motif, à lire de haut en bas (on a donc rouge, jaune, brun, jaune, brun, rouge = -, X, O, X, O, -) :

Bien-sûr, la technique paraît très accessible à première vue, mais il est facile de se tromper sur la couleur d’un fil, sur le sens de passage du fil sur la trame... des petites erreurs qui doivent parfois faire recommencer toute une ligne.
J’ai reproduit sur mon métier à tisser de fortune (il faut se rappeler que c’est un A5 en papier cartonné) le motif 17 fois, ce qui m’a permis d’obtenir le résultat suivant.

J’ai voulu pleurer du sang à plusieurs reprises, tant certaines erreurs d’inattention pouvaient être désastreuses, mais une fois terminé, avoir le résultat dans les mains était assez grisant.
On m’a fait remarquer un peu tard que j’avais choisi les couleurs de la Belgique, alors que c’était involontaire ; je ne regrette pas, il faut savoir s’intégrer.

email du Lehrer : stephane.noel.stock@gmail.com

Par Groupe 1, 12 décembre 2016